Jann Halexander Par Jeff Bonnenfant

Pourquoi Anne Sylvestre ? Histoire d'une passion, par Jann Halexander

Lettre à Anne Sylvestre

...A la chanteuse blanche la plus "cool" de France.
...Bonjour, je ne vous appelerais pas Marquise des campagnes, ou Poétesse aux verts sabots, cela serait ridicule, je n'aime pas le lyrique pathétique. Lorsque j'étais enfant, petit métis aux cheveux crépus roux en bataille, je ne connaissais de vous que les fabulettes que ma cousine de Vendée écoutait sur de petites cassettes audios. Mais dans mon enfance je suis passé à côté. J'ai entendu parler de vous à l'âge de 18 ans, une bande de potes de fac qui faisait une blague étrange : Francis Lalanne est un Anne Sylvestre à moustaches. Rien de très malin. Puis j'ai poussé la chansonnette. Influencé par Sheller, Farmer ou Poulenc, Satie, bref de l'éclectique. Mes premières chansons en 2004 étaient franchement abstraites. Même si c'était moi. Il ne fallait pas me parler de scène non plus. J'avançais en tatônnant. Il était question de métissage, de racisme, c'était très sombre, peut-être trop sombre... C'est un soir d'automne (ma saison préférée, et oui) que j'ai découvert vos chansons pour adultes via un ami en commun, le journaliste Bernard Hennebert. Il me fit écouter Habillez-moi. Ce fut un choc, une découverte...suivie d'une période de doutes. Mais je n'ose pas trop penser à quoi ressemblerait ma vie si je n'avais pas croisé Bernard, même si ne nous voyons plus trop, avec le temps qui passe. J'ai eu cette frénésie de rattraper le temps perdu. J'ai fait Angers-Grenoble pour vous voir, vous ai vu 2 fois au Trianon, j'ai entraîné mon ami. J'ai même offert des cds à mon entourage. Et les gens sont toujours surpris quand je dis que j'adore vos chansons, je ne le cache jamais, y compris quand je peux le glisser dans une interview. Il était nécessaire qu'une femme chante les femmes. Et j'ai la prétention de penser qu'un Métis doit chanter le métissage, vécu dans l'intimité, à plus forte raison quand autour de moi certains métis ont fini dans la drogue, l'alcoolisme, l'asile...le suicide...je suis fatigué de voir que le métissage est souvent présenté comme une image d'épinal. Et je tique quand un chansonnier blanc fait une chanson pleine de bons sentiments sur le métissage en déclenchant des applaudissements entendus. Evidemment, quand je viens avec mon piano et que j'aborde le sujet, les gens, enfin certains sont gênés, mais ce n'est pas grave. J'existe. A ce propos, on ne peut absolument pas dire que vous êtes démago et vous savez parler des relations entre les gens, y compris, ceux de cultures ou de peuples différents : Roméo et Judith, Café au lait, Si ce n'est toi c'est donc ton frère...on pourrait interpréter aussi Lazare et Cécile sous cet angle... J' ai un univers assez sombre qui est le mien, j´en conviens, j'aime les oeuvres de Pasolini, Fassbinder, Rollin, je parle aussi de la passion amoureuse, des corps, bref, les comparaisons avec Guidoni dans les médias n'ont pas manqué, même si j'ai un respect pour l'oeuvre (l'homme m'a déçu même s'il est venu vers moi avec sympathie), je parle de la guerre ( celle de 39-45 a laissé des traces et des souvenirs douloureux dans la famille maternelle), de l'intolérance, etc...


J'ai souvent repris vos chansons en public, Un mur pour pleurer, Clémence en vacances, Xavier, ça n'se voit pas du tout... je me suis permis de reprendre Clémence en vacances...peut-être vous aimerez...peut-être que vous n'aimerez pas. Peut-être d'ailleurs que vous n'aimerez pas ce disque. Mais c'est un risque. Je l'assume. Je chante et je trace ma route. Mais il eut été idiot de ne pas vous envoyer un exemplaire du disque OBAMA.

Un dernier mot : merci !


***

 


Comme dans une chanson d'Anne Sylvestre

Texte et musique : Jann Halexander

Comme dans une chanson d'Anne Sylvestre,
4 saisons passent sans bruit,
Et j'invoque les extraterrestres,
Pour que ma lettre porte ses fruits
Je l'ai envoyée par la poste,
Plus une copie par internet,
L'as-tu reçue dans ton val d'Aoste,
Ô Dis-moi donc ma tendre Annette...

Ca m'fait tout drôle de vivre sans toi...
De me trouver seul sous ce toit
« Ah l'amour est bien difficile »
Cette phrase est un cliché facile,
J'ai refusé dans ton regard
De ne plus croire au hasard

Comme dans une chanson d'Anne Sylvestre,
Je laisse en moi l'enfant pleurer
Mon Egoïsme était Everest,
J'ai des erreurs à réparer,
Pardon pour mes nombreux silences,
Face à ton beau chemin de mots,
Et réapprenons la confiance,
Toi et moi dans notre hameau...

Ne crois pas que je fais la gueul'
Même si c'est dur d'être tout seul !
J'avoue ne pas comprendre les Eve,
J'ai si peur que l'amour s'achève,
Je suis l'Adam dans sa détresse,
Brave écolier sans sa maîtresse...

Comme dans une chanson d'Anne Sylvestre...
Comme dans une chanson d'Anne Sylvestre...
Comme dans une chanson d'Anne Sylvestre...
J'y glisse discrètement un Je t'aime...

 

sylvestre